Loading...
Le tir à l’arc 2018-01-17T07:09:19+00:00

LE TIR A L’ARC

Présentation

Sport de plein air et de salle, le tir à l’arc peut être pratiqué toute l’année, en loisir comme en compétition. Les disciplines de parcours en font un sport de pleine nature, alliant les vertus de la marche à la technicité propre aux tirs en situations variées. Il incite à l’intégration et au respect de l’environnement.

Bénéfique pour la santé, le tir à l’arc concourt : à l’amélioration de la coordination des mouvements et de l’équilibre, à l’amélioration de ses repères dans l’espace, à un exercice musculaire harmonieux, à l’amélioration du système cardiovasculaire et à la réadaptation à l’effort.

La pratique du tir à l’arc a un effet anti-stress. Elle permet de canaliser son énergie et d’améliorer sa concentration. Dans le cadre d’une pratique en compétition, elle requiert maîtrise de soi et une bonne capacité à gérer ses émotions.

Pour chaque archer, le choix de l’arc se fait en fonction de sa taille et de ses capacités physiques. La distance de tir augmente en respectant les étapes de la progression de chacun.

Source : FFTA

LE TIR A L’ARC

Les disciplines

 

Aux sein des Archers de Saint-Siffrein, nous pratiquons 4 disciplines, le tir en salle à 18m, le tir extérieur FITA & Fédéral, certains archers nous représente également lors de concours en Tir en Campagne.

 

Le tir en salle à 18m

Lorsque vous êtes un nouveau pratiquant et licencié dans un club de tir à l’arc, vos premières flèches seront probablement tirées en salle. Si certains clubs adaptent les distances en fonction de votre niveau (10 mètres, 15 mètres par exemple), sachez que la distance officielle est de 18 mètres.

En fonction de votre niveau, la taille du blason (de la cible) pourra être adaptée mais la taille officielle en compétition est de 60 cm pour les catégories benjamins et minimes et de 40 cm pour les catégories cadets, juniors et adultes.

On trouve deux types de blasons : le blason de 40 cm qui comporte des zones marquantes de 1 à 10 points et le blason trispots qui ne comporte que des zones marquantes de 6 à 10 points. Par définition, un blason trispots est une carte verticale qui comporte 3 cibles de 20 cm chacune, placées l’une au-dessus de l’autre. L’archer doit tirer une flèche dans chaque spot. En compétition, l’organisateur propose ces deux types de blasons pour l’arc classique alors que ce dernier est obligatoire en arc à poulies. Au championnat de France, tous les archers tirent sur des blasons trispots

Le tir Fédéral

Pratiqué lors de la saison de tir en extérieur, le tir fédéral est une discipline qui remporte un franc succès auprès des archers, débutants comme confirmés. C’est une discipline typiquement française mais qui ne dispose pas de championnat international.

Si des mauvaises conditions (pluie forte, vent fort, orage) empêchent une pratique en toute sécurité et peuvent conduire à l’annulation (temporaire ou définitive) d’un événement, les archers tirent normalement par tous les temps. Un archer expérimenté saura tirer convenablement dans le vent, exercer une contre-visée, s’adapter à la pluie, etc. La plupart du temps, toutes les conditions sont réunies pour apprécier le tir en extérieur !

Aujourd’hui et en fonction de sa catégorie d’âge, le tir fédéral se pratique à une distance unique : 20 mètres ou 30 mètres ou 50 mètres.

  • Les Benjamin(e)s tirent à 20 mètres sur un blason de 80 cm
  • Les Minimes tirent à 30 mètres sur un blason de 80 cm
  • Toutes les autres catégories tirent à 50 mètres sur un blason de 122 cm

Le tir FITA

Le tir Fita ou le tir sur cibles en extérieur est la discipline la plus connue du tir à l’arc car c’est elle qui est représentée aux Jeux Olympiques et Paralympiques. Il se pratique généralement au début du printemps jusqu’à la fin de l’été.

Aujourd’hui, les distances en compétition sont de 70 mètres pour l’arc classique et 50 mètres pour l’arc à poulies. Les plus jeunes tirent à des distances plus courtes.

En arc classique, les archers tirent sur une cible traditionnelle composée de cercles jaunes, rouges, bleus, noirs et blancs dont les scores vont de 10 pour le cercle intérieur à 1 pour le cercle extérieur. La cible pour l’arc classique est de 122 cm de diamètre avec un cercle du 10 de 12.2 cm.

La cible pour l’arc à poulies fait 80 cm de diamètre avec un cercle du 10 qui mesure 8 cm de diamètre. En compétition nationale et internationale, les cibles d’arc à poulies ne comprennent que les cercles jaunes, rouges et bleus. Cela permet de réduire la taille du blason, afin que chaque athlète puisse tirer sur sa propre cible. La dernière zone marquante, le dernier cercle de couleur bleue, compte 5 points. Au-delà, c’est zéro.

Le tir CAMPAGNE

Le tir en campagne est une discipline de parcours qui se déroule sur un parcours multi-cibles (souvent comparé à un terrain de golf dans son fonctionnement) sur tous types de terrain, y compris des champs, bois et forêts…

Le tir en campagne peut se dérouler sur terrain plat, mais comprend parfois des tirs en montée et en descente et des pentes transversales, des cibles à distance inconnues et les archers sont au défi de la lumière, de l’obscurité et de l’ombre. Ces aspects supplémentaires nécessitent des compétences qui s’acquièrent avec l’expérience. D’ailleurs, certains parcours sont réputés pour leurs difficultés alors que d’autres le sont pour être plus abordables pour des débutants.

Les archers tirent sur des blasons de couleurs noires et jaunes implantés à des distances allant jusqu’à 60 mètres. Les cibles ont six anneaux concentriques, quatre noirs et deux jaunes. Le cercle jaune intérieur vaut six points, l’anneau jaune extérieur cinq points et les noirs de quatre à un point.

Une compétition de tir en campagne peut se dérouler de trois façons. L’une ou l’autre est indiquée sur le mandat de la compétition :

  • Un parcours de 24 cibles à des distances inconnues.
  • Un parcours de 24 cibles à des distances connues.
  • Un parcours de 12 cibles à des distances connues (marquées sur le piquet qui matérialise le pas de tir) et 12 cibles à des distances inconnues.

Autrement dit, les archers ne tireront jamais deux fois sur la même cible et seront amenés à se rendre d’une cible à l’autre en suivant un parcours balisé.

Chaque archer tire 3 flèches par cible, soit 72 flèches sur toute la durée de la compétition. Le score maximal est de 18 points par cible, soit un total maximal de 432 points.

Un temps limite de 3 minutes par cible sera autorisé à partir du moment où l’archer prendra sa position au poste de tir, ce qu’il doit faire le plus rapidement possible, dès que le poste de tir est libre.

Une compétition de tir en campagne, une fois les 24 cibles tirées, dure généralement une journée.

Source : FFTA

LE TIR A L’ARC

Les différents types d’arc

 

Nos archers tirent principalement avec les deux armes les plus utilisées, l’arc Classique et l’arc à Poulies

L’arc Classique

Seule arme autorisée aux Jeux Olympiques, l’arc classique vous est présenté ci-contre avec tous ses accessoires.

Les branches de l’arc. On distingue la branche supérieure de la branche inférieure. Toute la puissance de l’arc réside dans ces deux pièces qui sont insérées dans la poignée d’arc et démontables une fois que l’archer a terminé son entrainement ou sa compétition. La puissance et la taille sont variables, adaptées à la hauteur et à la force de l’archer. Elles sont le plus souvent en carbone ou en carbone/bois.
La corde. La taille de la corde est définie en fonction de la taille de l’arc. Une corde peut casser et elle est sensible à l’humidité et la chaleur. Il est utile d’en avoir plusieurs de rechange.
Le viseur. Il est placé directement sur la poignée d’arc. Il comporte un point de mire qui permet à l’archer de viser au centre de la cible. Un viseur est réglable en hauteur et en latéral pour corriger le tir. L
La poignée d’arc. C’est le « centre névralgique » de l’arc. Les branches sont insérées en haut et en bas, plus le viseur, plus le clicker, plus le stabilisateur. La taille de la poignée d’arc est standard dans toutes les marques. La couleur est choisie par l’archer et n’a pas d’incidence sur son tir. La flèche repose sur la poignée d’arc grâce à un repose-flèche. On distingue un arc droitier (tel que sur la photo) d’un arc gaucher. L’arc gaucher est symétriquement identique. L’archer tient son arc au centre de la poignée, par le grip. Son poids va rarement au-delà de 1.5 kilos.
Le stabilisateur. Il est composé de 3 pièces : un stabilisateur dit « central » et deux stabilisateurs dits « latéraux ». La fonction d’un stabilisateur est double : absorber les vibrations de l’arc lors du départ de la flèche et stabiliser l’arc lors de la visée. Un stabilisateur est fait de tubes en carbone, d’un diamètre n’excédant pas ou rarement 1cm. Le poids d’un stabilisateur est variable d’un archer à un autre : on peut retirer ou ajouter à volonté des masses en aluminium qui se vissent aux extrémités.

L’arc à Poulies

Pour une meilleure lisibilité des composants techniques, l’arc à poulies présenté ci-contre est nu. Il ne comporte ni viseur, ni stabilisateur mais ces deux accessoires ont les mêmes fonctions que celles présentées pour l’arc classique.

Les poulies. A la différence d’un arc classique, la mise en tension d’un arc à poulies n’est pas linéaire. Celle-ci passe par un système de poulies, démultiplicateur de puissance ; environ 75% de la puissance de l’arc en phase d’armement puis 25% restants jusqu’à la fin de la traction. Lorsque l’archer déclenche la phase de libération de corde, l’intégralité de la puissance de l’arc est transmise à la flèche. A noter que le fonctionnement des poulies doit être synchrone.
La corde. Un arc à poulies comporte une corde. Elle s’enroule autour des poulies et sa taille est déterminée par la hauteur de l’arc et la taille des poulies.
Les câbles. Les câbles sont attachés aux poulies. Dans la majeure partie des configurations, les poulies viennent en butée contre le câble, autrement appelé « le mur ».
La poignée d’arc. C’est le « centre névralgique » de l’arc. Les branches sont insérées en haut et en bas, plus le viseur, plus le stabilisateur. La flèche repose sur la poignée d’arc grâce à un repose-flèche. On distingue un arc droitier (tel que sur la photo) d’un arc gaucher. L’arc gaucher est symétriquement identique. L’archer tient son arc au centre de la poignée, par le grip. Son poids va rarement au-delà de 2 kilos.
Les branches de l’arc. On distingue la branche supérieure de la branche inférieure. Toute la puissance de l’arc réside dans ces pièces qui sont insérées dans la poignée d’arc. La puissance et la taille sont variables, adaptées à la hauteur et à la force de l’archer. A noter enfin que les branches de l’arc ne se démontent pas à la fin d’un entraînement ou d’une compétition. Sauf lorsque l’arc est en maintenance ou en réparation.

Source : FFTA

Dernières informations

Infos, avis de concours, résultats…

Concours – Cavaillon

Les archers confirmés étaient présents sur le concours de Cavaillon dimanche 14 Janvier . Sur les 9 archers du Club de Carpentras, Claire PACE (Sénior), Julien SANZ (Cadet)

Concours Avignon & Laudun

Les archers se sont rendus sur 2 compétitions ce dimanche. Ils étaient 6 à Avignon pour représenter le club: Sabrina BECAERT en Cadette termine 2ème, Julien SANZ en

Les archers dans le journal

C’est dans le Dauphiné libéré de ce matin ... Bravo aux archers qui sont montés sur le podium (Julien, Jérémy, Mathieu, Claire, Jean Denis) et à ceux qui n’en n’étaient

Concours Bollène

Voici les résultats du week-end des archers de Saint Siffrein. Ce week-end, 9 de nos archers se sont rendus à Bollène pour une nouvelle compétition 2x18 m qualificative